https://u-news.univ-nantes.fr/medias/photo/affiche-cycle-conference-transition-ecolo_1701420030806-png
  • Le 06 février 2024 de 17:00 à 18:00
    Campus Lombarderie
    false false
  • Le 27 février 2024 de 17:00 à 18:00
    Campus Lombarderie
    false false
  • Le 12 mars 2024 de 17:00 à 18:00
    Campus Lombarderie
    false false
  • Le 09 avril 2024 de 17:00 à 18:00
    Campus Lombarderie
    false false
  • Les conférences auront lieu les mardis 16 janvier, 6 février, 20 février, 12 mars et 9 avril.
Gratuit Ouvert à tous

Le cycle de conférence "Quelle science pour une transition écologique" a été mis en place en parallèle de l'UE "Transition écologique" proposée aux étudiants de L2. Il a pour objectif le questionnement vers l'occupation plus durable et équilibrée de notre écosystème qui paraît aujourd'hui nécessaire. La science est à la fois la "connaissance du monde (abstrait, physique, vivant...)" et la "méthode de recherche de cette connaissance". Elle permettra d'éclairer la justesse, ou non, de nos choix.


Mardi 16 janvier | Pollutions environnementales : pourquoi et comment sauver nos sols ?

Thierry LEBEAU, docteur, enseignant-chercheur en biologie des sols, Laboratoire de Planétologie et Géosciences (LPG)
Amphi D - Irène JOLIOT-CURIE (bât. 1) | 17h-18h

Plus qu’un simple matériau très lentement renouvelable issu de la transformation des roches, le sol héberge plus de 50% de toute la biodiversité terrestre et fournit de nombreux services à l’humanité : alimentation, molécules pour la santé, filtration/élimination des contaminants, etc. Pourtant, il est partout menacé, par l’érosion, l’artificialisation et les pollutions. La conférence prendra appui sur plusieurs exemples de pollutions d’origine industrielle, agricole ou urbaine et abordera les risques pour l’environnement et la santé humaine à être exposé directement ou indirectement à ces pollutions. Même si les sols trop pollués ne peuvent être « sauvés » et prennent le statut de déchets stockés définitivement, les moins pollués peuvent être réhabilités. Parmi les solutions disponibles, celles fondées sur la nature (microorganismes, plantes) ouvrent des perspectives pour l’avenir de nos sols.

 

Mardi 6 février | Eau potable et santé, que savons nous ?

Mickaël DERANGEON, docteur, enseignant-chercheur en physiologie, Institut du Thorax, vice-président d'Atlantic'eau
Amphi D - Irène JOLIOT-CURIE (bât. 1) | 17h-18h

Aliment le plus contrôlé, l’eau est soumise à des normes très protectrices. Pourtant, la contamination de l’eau est très largement sous-estimée, pFAS, pesticides, métabolites, médicaments et les effets cocktails de ces multi-contaminants non considérés.
Les pesticides utilisés sur les aires d’alimentation de captages sont nombreux, et souvent, la capacité de mesurer leur présence et celle de leurs métabolites dans l’eau que nous buvons n’est possible que plusieurs dizaines d’années après leur utilisation massive. L’exemple récent du Chlorothalonil utilisé au début des années 1970 et de son métabolite le R471811 identifié 50 ans après dans l’eau que nous buvons et même dans l’eau d’Evian en est un exemple non isolé.
Une fois identifiée, l’élimination de ces molécules dans l’eau n’est pas toujours possible, de nombreuses impasses techniques existent provoquant parfois la fermeture et l’abandon de captages d’eau potable.
Devant ce constat faut-il avoir peur de boire l’eau de notre robinet ?
Nous discuterons des preuves scientifiques et des études épidémiologiques démontrant que même en respectant la norme actuelle ces polluants de l’eau (pFAS, pesticides, nitrates …) peuvent avoir des effets physiologiques. Enfin, nous examinerons des résultats innovants comme ceux de la biosurveillance, des empreintes chimiques non ciblées, des bio-essais qui démontrent que même après filtration au charbon actif plusieurs centaines de molécules sont toujours présentes dans l’eau et les effets cocktails une réalité !

 

Mardi 27 février | Aurons-nous assez de matériaux pour la transition énergétique ?

Bertrand HUNEAU, docteur, enseignant-chercheur en matériaux, Institut de Recherche en Génie Civil et Mécanique (GeM)
Amphi D - Irène JOLIOT-CURIE (bât. 1) | 17h-18h

Dans le contexte de la lutte contre le réchauffement climatique, la transition énergétique doit permettre de diminuer les émissions de gaz à effet de serre. On s’intéresse ici à deux leviers de cette transition : la substitution des énergies fossiles par des énergies décarbonées (au premier rang desquelles les énergies renouvelables comme l’éolien ou le solaire) et l’électrification des transports. Ces deux leviers nécessiteront l’utilisation de beaucoup de matériaux, notamment des métaux comme le cuivre, le lithium ou les terres rares. Dans cet exposé on se posera trois questions :
  • D’où viennent les matériaux et combien en produit-on ?
  • De combien de matériaux avons nous besoin pour la transition énergétique ?
  • Quelle peut être la contribution du recyclage dans la production des matériaux ?
Ceci permettra d’aborder l’aspect pluridisciplinaire de la science des matériaux, au carrefour des sciences de la terre, de la physique et de la chimie. On conclura sur le fait que la transition énergétique ne pourra se faire que si une réflexion sur les besoins et les usages s’opère en parallèle, c’est à dire dans le cadre plus large d’une véritable transformation écologique et sociétale.

 

Mardi 12 mars | Vaincre le hasard : comment éviter les pièges du hasard et de nos biais cognitifs grâce à la méthode scientifique ?

Jean-Jacques INGREMEAU, docteur en physique des réacteurs nucléaires, membre du conseil d'administration de l'Association française pour l’information scientifique (Afis)
Amphi D - Irène JOLIOT-CURIE (bât. 1) | 17h-18h

 

Mardi 9 avril | La "transition énergétique" entre savoirs et pouvoirs

Anaël MARREC, docteure, chercheuse associée en épistémologie, Centre François Viète et Pierre TEISSIER, docteur, enseignant-chercheur en épistémologie, directeur du Centre François Viète
Amphi D - Irène JOLIOT-CURIE (bât. 1) | 17h-18h
Mis à jour le 19 février 2024.
https://u-news.univ-nantes.fr/cycle-de-conferences-quelles-sciences-pour-une-transition-ecologique