https://u-news.univ-nantes.fr/medias/photo/cours-redim-_1642757347574-png

Taux d’échec jugé trop important en licence (surtout en première année), réorientation difficile à mettre en œuvre avec des formations qui fonctionnent parfois trop « en silo », diversification des profils étudiants ; voilà le constat fait depuis plusieurs années par l’établissement au sujet du 1er cycle de formation. Depuis 2019, l’université est engagée dans une transformation des formations du 1er cycle et repense le modèle en faveur de la réussite étudiante. Focus sur cette transformation.

Favoriser la réussite étudiante

"L’évolution du premier cycle de formation est un projet ambitieux qui repose sur deux leviers principaux, la modularité des cursus et l’accompagnement des étudiants" affirme Aurore Deledalle, vice-présidente déléguée à la transformation pédagogique.

Dans un premier temps, la transformation consiste à harmoniser les maquettes de formation pour faciliter la modularité. La modularité repose sur un ensemble de module d'enseignement au choix, qui permet à l’étudiant de construire son parcours en fonction de son projet d’orientation, d’insertion professionnelle, de ses aptitudes et compétences. Au-delà du socle commun obligatoire, un étudiant inscrit dans une mention de licence va pouvoir choisir des UE (dans sa composante ou dans une autre) afin de personnaliser sa formation en fonction de son projet. Pour permettre cette modularité, les équipes pédagogiques travaillent sur des référentiels de compétences qu’ils intègrent dans leurs enseignements.

"Il s’agit de centrer la pédagogie sur l’étudiant et ses apprentissages pour l’accompagner dans le développement de ses compétences et favoriser sa réflexivité afin qu’il prenne conscience de ses compétences, en particulier ses compétences transversales ou "soft-skills", pour à terme, favoriser sa poursuite d’étude ou son insertion professionnelle" précise Aurore Deledalle.

Pour que l’ouverture à la modularité soit cohérente avec le projet de l’étudiant, l’ambition est d’accompagner d’avantage l’étudiant à s’interroger. Un questionnaire numérique d’auto-positionnement, élaboré par le service d'insertion et d'orientation (SUIO) en lien avec les équipes pédagogiques, sera proposé aux étudiants chaque semestre pour lui permettre de penser son projet et d’adapter son orientation en fonction.
La réussite étudiante tient aussi à la proposition d’une offre flexible et inclusive qui, à terme, pourra permettre à l’étudiant d’allonger ou de réduire la temporalité de l’obtention de sa licence en fonction de son projet.
 

Les équipes pédagogiques au cœur des transformations

L’établissement accompagne les équipes pédagogiques, notamment grâce aux services du Centre de Développement Pédagogique (CDP) et du Service de Production et d’Innovation Numérique (SPIN).
Concrètement, l’équipe du CDP prend en compte les spécificités (ex : tronc commun, licence co-portée, etc.), les attentes et les fonctionnements de chaque formation avant de proposer un accompagnement à la carte. "Pour l’équipe de Psychologie par exemple, nous avons démarré ensemble par l’élaboration du référentiel de compétences de la formation. Tandis que pour Sciences de l’Education, nous avons entamé le travail à partir d’une cartographie de l’existant", explique Anne-Céline Grolleau, chargée de développement pédagogique au CDP.
Le rythme diffère lui aussi d’une équipe à l’autre, "avec STAPS nous organisons des réunions courtes et régulières, avec l’IPAG, nous avons des journées de séminaires réparties dans l’année" poursuit Anne-Céline Grolleau.
Les modalités de sollicitations de chacun peuvent varier : travail ouvert avec l’ensemble de l’équipe pédagogique, ou encore préparation de propositions par un ou deux enseignants mandatés afin de les soumettre ensuite à l’équipe pédagogique en plénière. En complément, le SPIN propose un accompagnement à la pédagogie numérique.
 

Une transformation visible pour les étudiants à partir de la rentrée 2022

"Nous repensons le modèle du premier cycle de formation pour qu’il puisse s’adapter au mieux aux spécificités de l’étudiant mais aussi au monde professionnel, culturel et international dans lequel il évolue" précise Aurore Deledalle, vice-présidente déléguée à la Transformation pédagogique. Du côté des étudiants, les changements devraient être visibles dès la rentrée 2022, en tout cas pour les primo-entrants inscrits dans les formations en cours de transformations. Ils pourront déjà colorer leurs parcours de formation grâce à une offre d’UE complémentaires qui tend à s’étoffer. Autrement dit, un étudiant pourra choisir de personnaliser son parcours en choisissant une UE disciplinaire pour approfondir ses connaissances dans son domaine ou bien choisir une autre UE (UE professionnalisée, UE développement durable, UE égalité professionnelle entre les femmes et les hommes, etc) qui correspond à son projet.
Quant au questionnaire d’auto-positionnement mis au point par le Service Universitaire d’Insertion et d’Orientation (SUIO), les primo-entrants pourront en bénéficier dès septembre 2022.