https://u-news.univ-nantes.fr/medias/photo/portraitsbastien-clackalicegregoire-500px_1648484834538-jpg

[Portrait réalisé en décembre 2021]

Bastien, étudiant en architecture à Nantes
Crédits photos : CLACK - Alice GREGOIRE

Dans quelques mois, Bastien sera diplômé de l’école nationale supérieure d’architecture de Nantes (ENSA Nantes). "Mais je ne serai pas encore architecte. Il faudra d’abord que je travaille six mois en agence et revienne suivre quelques cours supplémentaires (gestion notamment) pour obtenir mon Habilitation de maitre d’ouvrage en son nom propre (HMONP)". Alors il pourra signer ses plans.
A l’exception d’un an d’échange Erasmus en Allemagne en 3e année, Bastien a fait toutes ses études à Nantes. Il aurait pu rejoindre une autre école en master mais l’organisation proposée sur le site nantais lui convenait très bien. "Ici, nous avons un cours théorique obligatoire, il constitue le tronc commun du master. Ensuite, nous bénéficions d’une grande liberté d’organisation, que ce soit pour le mémoire ou dans le choix des projets sur lesquels nous travaillons". Quant aux options, elles sont orientées Patrimoine et ça aussi, ça correspondait aux envies de Bastien.


Une communauté étudiante solidaire

Poursuivre à Nantes lui a par ailleurs permis de rester dans une communauté à laquelle il est visiblement attaché. "C’est un bloc, on s’entraide, les ainés viennent conseiller les plus jeunes, c’est une vraie particularité de l’école d’archi de Nantes. Peut-être est-ce lié à la tradition des ateliers dans lesquels, pendant longtemps, les différentes promotions travaillaient autour de projets communs ?". Dans ce même ordre d’idée, les étudiants de master ont la possibilité de faire du monitorat. Sous contrat avec l’école, les plus anciens épaulent les plus jeunes sur différents aspects : atelier numérique, atelier maquette, bibliothèque…. "Ça aussi, c’est une occasion d’apprendre et d’approfondir nos compétences".


« L’associatif, ça a changé ma vie ! »

Pendant 5 ans, Bastien s’est également beaucoup investi dans quelques-unes des 28 associations créées par les étudiants de l’école, adhérant simultanément jusqu’à 7 associations en première année : photo, arts scéniques, coopérative d’achat de matériel, Amap, voile, etc. "Je me disais que c’était bien de faire des choses pour les autres, de rencontrer des gens aussi. Je pensais que ça m’apporterait beaucoup, c’est le cas, et bien au-delà de mes espérances !". Sens de l’organisation, gestion : dans ces domaines, tout ce qu’il sait, "c’est grâce à ça".

Aujourd’hui, l’étudiant de master est toujours membre de 5 associations et préside l’une d’entre elles depuis 2 ans. Il a aussi été un temps trésorier de l’Union nationale des étudiants en architecture et paysage (UNEAP), une association nationale et apolitique engagée dans la lutte contre les discriminations et le bien-être étudiant. Bastien l’a rejointe en master, sans hésitation, "motivé par ses objectifs et les valeurs qu’ils sous-tendent".
Lorsque le futur diplômé de 23 ans parle de sa vie d’étudiant, il aborde indifféremment les enseignements académiques et les apports liés à la vie associative. C’est d’ailleurs une forme d’engagement qu’il aimerait poursuivre dans la vie active.

Je verrai sous quelle forme mais je continuerai à m'engager, c’est sûr : c’est une façon d’aller chercher plus loin que ce que l’on a, d’expérimenter par soi-même.