https://u-news.univ-nantes.fr/medias/photo/human-blastoid_1638894956415-jpg
  • Le 08 décembre 2021
    false false

Des chercheurs du Centre de Recherche en Transplantation et Immunologie (UMR1064 - CRTI - Université de Nantes / Inserm) ont collaboré à une étude pilotée par l'IMBA (nstitute of Molecular Biotechnology) qui montre que les blastoides constituent des alternatives éthiques et techniques extraordinaires à l’embryon humain. Les résultats viennent d'être publiés dans la revue Nature.

L'infertilité touche 1 couple sur 7. Malgré des avancées significatives, les techniques d'AMP (Assistance médicales à la procréation) restent largement perfectibles, principalement par manque de connaissance scientifique sur l'embryon humain. Celui-ci va passer par un très grand nombre d'étapes pendant les quelques jours de son développement, avant, et au moment de l'implantation qui vont conditionner son devenir, mais qui sont extrêmement mal connues, principalement pour des raisons pratiques, techniques et éthiques. Les modèles animaux comme la souris ont longtemps servi de base à la recherche mais avec une pertinence limitée.

Dès le début, les chercheurs ont vu la nécessité de créer un modèle de développement embryonnaire humain en laboratoire qui s'affranchisse des limites techniques et éthiques liées au travail sur l'animal et sur les embryons humains issus de FIV (fécondation in vitro). L'équipe de recherche dirigée par Nicolas Rivron (Institute of Molecular Biotechnology - Vienne) est parvenue à mettre au point la formation de blastoides humains, structures équivalentes aux embryons humains appelés "blastocystes", a partir de cellules souches humaines qui vont acquérir les caractéristiques des cellules embryonnaires et s'organiser au niveau spatial. Ces blastoides sont également capables de reproduire l'implantation en laboratoire sur des cellules utérines.

Les chercheurs nantais du Centre de Recherche en Transplantation et Immunologie (CRTI), le service de biologie de la reproduction du CHU de Nantes, avec le soutien des plateformes iPSCDTC et MicroPiCell de l'UMS, ont apporté leur expertise dans cette étude et ont réussi à montrer la grande similarité du blastoïde avec le blastocyste. Un cadre éthique spécifique a été mis en place au niveau international sur ces sujets.

Cette étude montre que les blastoides constituent des alternatives éthiques et techniques extraordinaires à l’embryon humain et vont enfin permettre d'étudier son développement et l'implantation en laboratoire, voire de développer des techniques et traitements pour traiter plus efficacement les problèmes d’infertilité.